Recherche

Question à M. Mourad Allal, directeur du POLE – Formation 1/ L’année 2017 vient de se terminer. Quel bilan rapide en tirez-vous ? Comme pour...
Print Friendly, PDF & Email
0
0
0
s2sdefault

inseeMesurer les compétences à l’écrit et à l’oral des nouveaux migrants
Virginie Jourdan, Gérane Le Quentrec-Creven et Alice Mainguené

L’Enquête longitudinale sur l’intégration des primo-arrivants (Elipa), réalisée à trois reprises (en 2010, 2011 et 2013) porte sur les « nouveaux migrants » – à savoir les personnes originaires de pays tiers à l’Espace économique européen et à la Suisse qui ont obtenu en 2009 un premier titre de séjour pour une durée d’au moins un an. L’édition de 2013 apporte des données inédites sur leurs difficultés à l’oral et à l’écrit. Ces données permettent de comparer les compétences de ces nouveaux migrants à celles des immigrés et des non-immigrés évaluées dans l’enquête Information et vie quotidienne (IVQ) de 2011. La comparaison reste néanmoins délicate, du fait de différences méthodologiques entre les deux enquêtes.

Les nouveaux migrants rencontrent plus fréquemment que les autres individus, immigrés et non-immigrés, des difficultés extrêmes à l’oral ou à l’écrit : environ 17 % des nouveaux migrants n’ont pas pu réaliser les exercices à l’oral et 23 % à l’écrit, contre respectivement 12 % et 13 % des immigrés de pays tiers et moins de 1 % pour les non-immigrés. Les performances moindres des nouveaux migrants sont liées en partie à leurs caractéristiques sociodémographiques ; par exemple, arriver en France à un âge plus avancé que les immigrés est moins favorable à l’acquisition de compétences.

Parmi les différentes caractéristiques sociodémographiques, les facteurs les plus fortement associés aux moindres performances des nouveaux migrants s’avèrent être la faible aisance en français et l’apprentissage tardif de la lecture et de l’écriture.

Enfin, en utilisant la dimension longitudinale d’Elipa, il est possible d’observer l’évolution des compétences des nouveaux migrants entre 2010 et 2013 : au cours des trois années suivant l’obtention de leur premier titre de séjour, au moins quatre nouveaux migrants sur dix connaissent une amélioration de leurs compétences à l’écrit et plus encore à l’oral.

INSEE : ECONOMIE ET STATISTIQUE
No 490
Paru le : 14/12/2016

file:///C:/Users/User/Downloads/ECO490E.pdf